Espace débutants aïkido : au dojo de Bourg en Bresse (Ain) 01

1- Naviguez bien... »

Naviguer sur ce site aïkido traditonnel de Bourg

Vous pouvez comme dans chaque page allez sur le site principal : cliquez le bouton "sur une option du menu en haut ou sur les liens du plan en bas de page"...

Lorsqu'on arrive quelque part, on a immédiatement des tas de questions et on cherche de multiples choses.

Ci-dessous un petit guide pour faciliter vos premiers cours et trouver une réponse rapidement.

Bien sur avec humour, attention au 1er degré...

 

Cool... on s'occupe de vous tout est sous contrôle ... »

2- Mon premier cours au dojo de l'aïkido Bressan 01... »

... j’ai moi-même enseigné à des soldats pour tuer d’autres personnes pendant la dernière guerre,
j’en ai été profondément troublé ...
C'est ce qui m’a motivé il y a sept ans à découvrir le vrai esprit de l'Aïkido,
ce qui m’a emmené à ce moment-là à l’idée ... l'Aïkido est harmonie non résistance...
En Aïkido on utilise complètement la puissance de l’adversaire.
Alors plus l’adversaire utilise de force, plus cela est facile pour vous.

Interview en 1957 O sensei Morihei Ueshiba (fondateur de l'Aïkido)

Mon premier cours au dojo Bressan de Bourg en Bresse 01

Cours découverte à l'Aïkido Bressan dojo de Bourg en Bresse 01

Tout a commencé comme beaucoup par un cours d'essai.
Je suis venu au "club d'aïkido" lors d'un cours en survêtement, pieds nus faire mon premier cours d'aïkido.

J'apprendrai plus tard qu'on ne dit pas club d'aïkido ceux qui parlent ainsi sont des "sportifs incompétents" en aïkido, mais que l'on dit "dojo".
J'ai donc demandé la différence car pour le béotien que je suis c'est la même chose.

Mon premier "coach" à l'Aïkido Bressan dojo de Bourg en Bresse 01

L'ancien qui m'a coaché m'a expliqué qu'il ne fallait pas confondre sport martial et art martial que ce sont deux choses complètement différentes. Qui fonctionne dans deux systèmes complètement différents. Le club sportif tout le monde connaît. C'est un fonctionnement de fédérations sportives occidentales habituelles, aucune différence avec le football, rugby, la boxe etc.

Par contre un "dojo" est le milieu naturel dans lequel on pratique les arts martiaux. Cela veut dire le lieu (jo) où l'on pratique la voie (do) de l'aïkido, autrement dit "la maison du maître du dojo" pour faire simple.

Sans le vouloir, mais on ne peut pas tout savoir en arrivant. J'ai encore mes pieds dans le plat (ma spécialité), je lui ai demandé depuis combien de temps il faisait le « coach » dans ce dojo ?

On dit sempaï et kohaÏ pas "coach" à l'Aïkido Bressan et en aïkido Traditionnel...

Il a bien rigolé, il a dû me prendre pour le rigolo du quartier, gentiment il m'a donné les explications et les bons termes. Il paraît que c'est le rôle du sempaï, sa façon d'apprendre.
Ça tombe bien, car avec moi il a du travail, j'espère qu'il est patient.

Un savoir qui se transmet de maitre à disciples au dojo de Bourg en Bresse...

Le sempaï est l'ancien, qui transmet son savoir au débutant. Il paraît que c'est ainsi dans l'aïkido traditionnel, le savoir se transmet de "maître disciple". On est donc dans un milieu différent d'une fédération sportive et je mesure mon erreur en ayant cru qu'il était mon coach ou mon entraîneur particulier.
Rien de bien nouveau dans le monde de l'entreprise en occident il en est de même un personnel expérimenté transmet son savoir à quelqu'un qui arrive.
Il n'y a que dans l'éducation nationale ou il y en a un qui détient le savoir : « le professeur » aux ignares : « les élèves ». Le ministère de Jeunesse et sports c'est aussi l'éducation nationale.
Comme dans le compagnonnage, le maître ouvrier transmet aux jeunes apprentis son savoir et celui-ci en faisant son tour de France apprend son métier.
Bon je ne ferai pas le tour de France celui de Bourg me suffira pour l'instant, je ferai le tour des pratiquants du "dojo" et on verra bien si je m'améliore.

Il a fallu attendre l'éducation nationale pour que la transmission de maître à disciple cesse.
Plus moderne ?
En fait plus facile à organiser pour une administration qui gère des masses anonymes... Loin d'être performant il suffit de regarder les infos, mais un formatage auquel chacun de nous peu averti fait référence comme s'il s’agissait d'une référence... d’un modèle universelle…
Sans être méchant c'est un système loin d'être à la pointe qui est à la traine... L'innovation ne viendra pas de là
Un professeur impersonnel qui fait carrière et non impliqué a remplacé le maître qui transmet à son disciple comme en aïkido. La qualité de l'enseignement effectivement n'est pas au même niveau, un maître a toujours intérêt à ce que son disciple suive sa voie et soit le plus performant possible.
Un professeur de l'éducation nationale ou un sportif car les fédérations sportives emploient le même système s'en moquent totalement, c'est un bon élève pas de problème, là aussi on essaiera de faire des différences les surdoués qui iront dans des écoles spéciales réservées pour eux, ils seront l'élite de la nation. L'ENA, Polytechnique, etc...
Un sportif qui surclasses les autres lui ira dans des centres spéciaux, l'équivalent des boîtes à surdoués.
Si c'est un mauvais élève on va le contraindre à travailler mieux, si c'est sans espoir il fera partie de l'échec scolaire, passons à autre chose ne perdons pas notre temps.
Effectivement l'ambiance dans le dojo, à ma première impression est complètement différente, cela s'explique par ce qui précède. Le sempaï est concerné par le progrès du kohaï. "Sempaï kohaï", "maîtres à disciple", cohérence du fonctionnement de partout.

Je me suis imaginé dans un Japon médiéval frappé à la porte de la maison du maître d'art martial et celui-ci m'acceptait comme élève et me faisait rentrer dans le dojo de la maison.
Ça tombe bien j'avais lu quelques mangas je n'étais pas trop dépaysé.

Je crois que j'ai bien fait de poser des questions, je vais continuer. Mon cher sempaï j'espère que tu es à la hauteur, il va falloir me fournir des réponses même si tu as l'impression d'avoir affaire à une quiche.

Après tout, un cours découverte, c'est fait pour découvrir.

Pourquoi autant de saluts ? au dojo de Bourg en Bresse 01

Ce qui surprend, en premier ce sont les saluts.

D'abord on salue le portrait d'un vieux monsieur, j'apprendrai plus tard qu'il s'agit du fondateur de l'aïkido. J'ai donc posé la question : « pourquoi saluer un portrait, je ne fais jamais cela dans ma vie tous les jours… »

Cela n'a pas été facile de poser des questions, quand on est nouveau dans quelque endroit que ce soit, on a l'impression que tout le monde vous regarde et vous jaugent.
Poser une question, on a toutes les chances d'être ridicule, déjà que ma tenue n'est pas celle des autres qui sont en "kimono", j'apprendrai plus tard que l'on ne dit pas kimono mais Keiko gi vêtement (gi) d'exercice (Keiko) autrement dit survêtement ou "aïkidogi" vêtement d'aïkido.

J'ai donc pris mon courage à deux mains et j'ai posé la question :
« OK ce vieux monsieur est le fondateur de l'aïkido, très bien mais pourquoi le saluer ? C'est une religion ? ». On est dans une secte, il faut saluer le gourou ?
Pourquoi saluer tous mes partenaires ? Je leur ai dit bonjour en arrivant je leur dirai au revoir en partant ça devrais suffire ?
Là j'en rajoute un peu, car étant jeune j'ai fait du judo mais l'ambiance était toute différente et je n'ai jamais eu la moindre explication de ce code japonais.
À part le pyjama et les saluts à peu près identiques, que l'on faisait n'importe comment c'était une pratique sportive, on avait d'ailleurs des compétitions et on appartenait à un club pas à un dojo pour nous dojo et club c'était la même chose.
Donc c'est l'occasion mon cher sempaï j'espère que tu as révisé si c'est ton boulot, il va falloir que tu m'expliques.

Réponse de mon coach excusez mon "sempaï" :
« non, nous pratiquons un art martial et la religion c'est le problème de chacun, comme la politique. Pour nous on est tous différents ces domaines font partis des différences.
C'est juste pour se rappeler que grâce à cet homme le "fondateur de l'aïkido" que l'on appelle "O sensei" que nous pouvons pratiquer aujourd'hui son art. Un art vraiment original, il n'existe pas d'équivalent… on a l'habitude de saluer machinalement ce grand maître martial à chaque cours et on l'oublie trois secondes après...
En réalité me dit-il ce geste signifie : « étudier les enseignements de ce grand maître le plus souvent possible, méditer sur ceux-ci car c'est lui le repère.
Il arrive très souvent que les enseignants d'aïkido déraillent oublient la voie tracée par le fondateur de l'aïkido, quand ils ne font pas carrément l'inverse… » juste après avoir salué le fondateur ils détruisent son œuvre...
Car ils polluent leur aïkido avec toutes sortes de choses qui n'ont rien à y faire comme des notions d'éducation nationale qu'ils ne connaissent pas la plupart du temps n'y ayant jamais travaillé ou des notions sportives de jeunesse et sports...
Cela arrive justement à des gens qui croient savoir et qui depuis des lustres ne trouvent aucun intérêt dans les enseignements du fondateur et de ce qu'il a dit sur son art.
Ont-ils pris le temps de voir si ce qu'il faisait et pratiquait correspondait à ce que le fondateur en pensait. Il semble logique lorsqu'on étudie l'œuvre de quelqu'un de s'intéresser à la façon dont il expliquait son œuvre. La nature humaine, sans doute moins de 1 % le font.
Ils l'ont lu il y a très longtemps lorsqu'ils étaient débutants et n'ayant rien compris à ce charabia parfois philosophique ils se sont contentés de l'instant présent et de faire de la gymnastique qui ressemble à de l'aïkido »
Ce salut veut donc dire cela : « ayez toujours à l'esprit les enseignements du fondateur de l'aïkido, car c'est votre repère ».

La voie (do) est comme le fil d'un sabre un pas de côté et ce n'est plus la voie.

« Faites l'expérience toute simple, demander à n'importe quel ancien de vous citer des enseignements du fondateur ? Ou combien de fois ils ont lu ou médité ceux-ci ? ».
Alors que c'est une simple question de logique puisque tous les pratiquants d'aïkido mêmes ceux qui font n'importent quoi y font référence.
Espérons que les élèves écoutent au moins le professeur ! C'est pas gagné.
Comme beaucoup d'utilisateurs informatiques qui utilisent Windows, personne n'a jamais lu le mode d'emploi ?

Il n'y va pas que le dos de la cuillère... Il va peut-être falloir que je fasse une sélection dans mes coaches heu ... excusez-moi mes sempaïs … Si je comprends bien moi aussi je suis un "Sensei", je suis Sensei rien connaître…

Vous avez dit bizarre...comme c'est bizarre

Si je peux me permettre, vous vous occupez de moi parce que vous êtes le meilleur sempaï de ce dojo ? Éclat de rire de mon sempaï… non c'est peut-être vous dans une semaine qui accomplirez cette tâche pour votre développement personnel. Quand j'ai commencé moi à l'époque cela m'a beaucoup perturbé, on est tellement habituer à appliquer une norme, des stéréotypes, on est tellement conditionné et formaté. Là c'est l'opposé il faut constamment s'adapter, évaluer, comprendre que chacun en fonction de son expérience vous donne son opinion.
Tout le monde est différent ici rien n'est normalisé.
Je vous ai trouvé sympa et je me suis dit que j'allais vous aider et devenir votre premier sempaï. Si ça vous dérange je peux demander à un autre de me remplacer, ce n'est pas un problème.
Je le rassure ses réponses me satisfont et sa patience semble inépuisable donc aucune raison de changer.

C'est d'ailleurs une partie de la réponse à votre question précédente me dit-il ? Martialement lorsque vous avez un ennemi en face de vous vous ne savez pas à qui vous avez affaire, toute erreur se sanctionne par la mort sur un champ de bataille.

Il est donc important pour un pratiquant d'arts martiaux d'avoir du jugement et d'anticiper c'est une question de survie mais aussi le principe même de l'éducation martiale. Art martial vient du dieu Mars, le dieu de la guerre. On retrouve là aussi le fonctionnement militaire, l'homme de troupe n'a pas le général à sa disposition.

Il faut donc s'entraîner à évaluer la personne en face de vous même si vous ne la connaissez pas. On ne salue pas de la même manière un sempaï ou un kohaï, d'ailleurs un kohaï n'invite jamais à travailler avec lui un sempaï, c'est toujours l'inverse.

On retrouve là la mise en pratique des différences, et l'évaluation de celles-ci. La prise de conscience que tout est hiérarchisé dans un dojo, et que l'harmonie consiste à ce que chaque chose soit à sa place au maximum de sa compétence. Ce qui fait la différence entre un basketteur ou autre sportif qui essaie de pratiquer des techniques martiales et un vrai pratiquant d'art martial.

Ce qui implique de savoir où sont ses limites à tous les niveaux : physique, mentale, tâche à faire pour le dojo etc. le socle fondateur de l'éducation martiale. Il faut donc savoir si vous avez affaire à un de vos sempaï, ou un kohaï lorsque vous saluez quelqu'un. Voilà donc une des raisons du salut en plus de la courtoisie, et du respect. Plus vous avancez dans la pratique, moins on vous pardonnera vos erreurs et le professeur sera de plus en plus exigeant.
Comme des parents lorsque leur enfant grandit.

En fait si je comprends bien son discours c'est moi qui le fais progresser ?
Effectivement c'est un fonctionnement particulier, on n’est pas au fitness à consommer bêtement comme des moutons décérébrer.
Je comprends pourquoi cet ancien est venu m'accueillir, cela fait partie de sa pratique, grâce à moi et à mes questions stupides il va pouvoir progresser...
Il va falloir qu'on négocie un coup à boire.

J'ai passé un bon moment dans cette séance d'essai. Le professeur nous a expliqué avec pédagogie l'esprit de la discipline et fait exécuter des exercices divers et variés sans rendre cette pratique ingrate, à chaque fois c'était très motivant et nous inciter à aller plus loin.

Démarrer une activité a toujours une phase ingrate et démotivante, là ce n'est vraiment pas le cas on est tout de suite en situation et on réussit pas mal de choses.

J'ai même l'impression d'avoir toujours fait partie de ce dojo, on n’est pas des bêtes curieuses de débutants comme on peut le vivre dans d'autres activités.

Je vais donc m'inscrire et devenir un pratiquant.

3- En aikido, une voie (do) qui n'a pas de fin... »

La nature de l'enseignement de maître Ueshiba tenait dans le moment qui passe, qui n’est jamais deux fois le même.

O sensei Morihei Ueshiba (fondateur de l'Aïkido)

Je débute l'aïkido traditionnel : repères de cet art martial

L'Aïkido est un art produit par la culture orientale

C'est pour cela que l'aïkido nous intéresse, la culture occidentale on connaît on baigne dedans depuis qu'on est tout petit. C'est parce que c'est différent, que l'on n'a pas cette approche dans notre culture que l'on s'intéresse à l'aïkido.

Prenons un exemple tout simple :
imaginons de la "lutte bretonne" un produit de la culture celtique bretonne, pratiquée par les pygmées en Afrique avec une organisation africaine, des croyances africaines, des conceptions africaines, une approche africaine …
"peut-on encore parler de lutte bretonne ?"
Imaginons en plus que ces pygmées à l'élan patriotique hyper développé, autant que mal placé, prétendent que leur vision de la lutte bretonne est la seule valable, en bons sportifs ils voudraient l'imposer au monde entier.
Toute ressemblance avec l'aïkido importé en France ne pourrait être que pure coïncidence…

Un vieux problème que connaissent toutes les disciplines étrangères. Il semblerait qu'une frange de la population ne soit pas capable d'assimiler des approches culturelles qui ne sont pas les leurs. Leur faut pour cela les déformer les triturer pour en faire un produit local qui n'a plus aucun sens on a connu cela avec la médecine chinoise par exemple, l'ostéopathie etc. un vieux résidu de l'impérialisme colonial français qui formate encore l'esprit de certains.

Ou alors comme des animaux qui balisent et s'pproprie leur territoire en urinant de partout, une manière de s'approprier leur environnement, certains Français ont le même comportement que ces animaux... L'homme n'a pas tellement évolué depuis qu'il est descendu de son arbre. Heureusement ce n'est pas le cas de tout le monde.

L'Aïkido est un vecteur de paix et d'universalité

Pour pratiquer l'aïkido il faut donc un certain niveau de développement intellectuel, ne pas être raciste ou xénophobe ou penser que la France doit imposer ses vues au monde entier. C'est d'autant plus étonnant, que dans le monde martial japonais quel qu'il soit les français sont parmi les meilleurs pratiquants, pour les sports martiaux judo, karaté nous comptons bon nombre de champions du monde…

La pratique de l'aïkido, est donc le moyen de réunir les gens autour d'une même passion quelque soit leur origine, leur couleur de peau, leurs croyances. Comme le voulait le fondateur : « l'aïkido est un vecteur de paix dans le monde ». L'aïkido ne convient donc pas aux extrémistes et aux adeptes de la pensée unique.

Ne pas confondre objecifs de l'aïkido et conséquence de sa pratique

On ne pratique pas l'aïkido pour transpirer, mais cela peut être la conséquence de la pratique les objectifs étant tout autres. Il ne faut donc pas confondre objectif de la pratique et conséquence de cette pratique.

Évidemment certains viendront pour des raisons triviales : « maigrir, faire une activité physique etc. », pourquoi pas, mais cela ne doit changer en rien la pratique de l'aïkido, sinon on fait très vite n'importe quoi.

Pratiquer l'aïkido exige des pré requis

Plaire et assouvir tous les "délires des clients" c'est faire "du commerce pas de l'aïkido." Vous ne verrez donc jamais "aïkido zumba" ou je ne sais quelle activité à la mode associée au terme aïkido dans le seul but d'arnaquer des ignorants.

Honnêteté, respect, sincérité, modestie,

sont donc des conditions minimales obligatoires pour espérer pratiquer l'aïkido correctement. Ce ne sont pas des règles à respecter, c'est la pratique elle-même. Si vous n'êtes pas dans cet état d'esprit vous ne pourrez pas progresser dans la voie de l'aïkido. C'est pourquoi contrairement à d'autres nous n'affichant pas ses vertus morales que donnerait la pratique de la discipline. Ce n'est pas de pratiquer une discipline martiale qui donne ces qualités. C'est l'inverse,

si vous n'avez pas ses qualités vous ne serez jamais un "Budoka".

Une évidence nous qui pratiquons un art martial japonais. C'est donc un art issu de la culture orientale. La culture occidentale est complètement différente.
En clair lorsqu'on aïkido vous retrouvez des fonctionnements, des contextes, des attitudes liées au sport, au fonctionnement et aux conceptions occidentales vous êtes sûrs que ce n'est pas d'aïkido que c'est le début d'une déviation de cet art martial japonais.

En doit donc pratiquer l'aïkido, tels que l'a conçue son fondateur Morihei Ueshiba. Notre repère en cas de doute est le fondateur de l'aïkido. C'est pour cela que vous le trouverez au mur d'honneur (Kamiza, tokonoma) dans un dojo.

Qu'à chaque début de cours et à chaque fin de cours on le salut, comme un professeur puisqu'il guide notre pratique.

L'aïkido comme les autres arts martiaux n'échappent pas à la modernité et ses effets pervers.

L'approche orientale au dojo aïkido Bressan de Bourg-en-Bresse 01

Tout le monde a en tête cette phrase du bouddha :

« Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement ».

Sauf que pour les orientaux ce changement n'est qu'apparent, un épiphénomène de lois qui elles ne changent jamais et qui sont à l'origine de la manifestation comme le yin yang, omote ura en aïkido.

Comme l'univers à partir de quelques acides aminés, de quelques molécules de base carbone oxygène hydrogène qui ne change jamais et sont les briques fondamentales de la vie et génère tout ce qui existe.

Ces quelques éléments fondamentaux produisent tous les changements que nous pouvons constater autour de nous. Ce qui fait que le changement pour le changement c'est du n'importe quoi, une vue de l'esprit, un délire. Ce changement n'a de réalité n'est fondé et a un sens que lorsqu'il est induit par ces briques fondamentales où ces principes fondamentaux, dont ils ne sont que la manifestation.

Détruire l'aïkido serait de le transformer en un sport martial occidental normalisé

La norme n'a donc qu'une utilité technique, économique complètement éloignée de la réalité universelle, de la vie, elle n'a aucun intérêt et est à l'opposé de la démarche artistique.

Voir la phrase ci-dessous de Maître Ueshiba le fondateur de l'aïkido où il dit que l'aïkido et l'opposé d'une norme "une voie infinie…"

C'est pourquoi, transformer un art martial riche, varié où chacun trouvera son maître, en un sport normalisé afin de pouvoir comparer les performances pour mesurer et comparer les gens entre eux et la pire des choses qui puissent arriver à un art martial.

Qui peut rêver d'une caricature grotesque et ridicule de sa pratique martiale. La réponse est simple que des gens qui ne la connaissent pas et qui font comme le troupeau.

Les arts martiaux se transformant sports martiaux, lorsque que les gens compétents sont une minorité et non plus la parole. C'est ainsi que disparaissent les arts martiaux.

2 sites anti arnaques martiales à connaitre pour vous repérer

4- L'aïkido traditionnel un savoir qui se transmet de maitre à élève... »

En aikido, il n’y a pas de fin. La voie est sans limite, c’est une fontaine inépuisable.

O sensei Morihei Ueshiba (fondateur de l'Aïkido)

Aikido Alain Peyrache sensei professeur au dojo de Bourg en Bresse
Alain Peyrache sensei

Notre professeur Alain Peyrache sensei un deshi de Tamura sensei à Bourg-en-Bresse 01

Alain Peyrache est un pionnier de l'aïkido dans la région Rhône-Alpes. Il est à l'origine de la plupart des dojo de Rhône-Alpes et de Bourgogne.

Présent sur Bourg depuis les années 70, sa collaboration avec le Docteur Valentin de Saint-Paul de Varax a duré nombre d'années.

Les anciens se rappellent de ces cours à la maison des jeunes de Bourg, à l'hôpital de la Madeleine, au dojo de Saint-Paul de Varax .

C'est donc avec plaisir, que nous l'avons accueilli il y a quelques années à notre "dojo aïkido Bressan" de Bourg-en-Bresse d'une manière régulière. Nous vous invitons donc à lire sa biographie, ou d'aller voir les sites qui lui sont consacrés.

Sa bio est ici Cliquez ici ... »

5- Reishiki en aïkido l'éducation martiale »

Gagner veut dire gagner sur l'esprit de désaccord en vous-même.
Vous avez tort si vous pensez que le budo signifie avoir des adversaires et des ennemis, d'être fort et de les détruire.
Il n'y a pas d'ennemi dans le budo véritable.

O sensei Morihei Ueshiba (fondateur de l'Aïkido)

Aikido Reishiki  au dojo de Bourg en Bresse
Il faut penser à tout...

Reishiki comportement en aïkido éducation martiale dans un dojo

Comme la nourriture on assimile avec appétit, au bout d'un moment il faut digérer avant de recommencer. De même pour l'apprentissage de l'aïkido le débutant connaît certaines phases où il a l'impression de ne plus progresser, les phases de digestion.

C'est en général dans ses phases s'il n'est pas trop motivé qu'il arrête de pratiquer. Les anciens n'y font plus attention.

De même les étudiants, afin de mieux réviser arête de pratiquer ce qui est une erreur, car ils saturent très vite et l'aïkido constitue un excellent moyen de se déstresser et de reprendre ses révisions de manière plus efficace.

Quelques petits conseils, pour faire comme tout le monde est aussi savoir pourquoi.

Quelques conseils Cliquez ici ... » La notion : Sempai - Kōhai Cliquez ici ... »

6- Les stages aïkido...? »

Il ne s’agit pas de corriger les hommes, mais de corriger son propre cœur, c’est cela l’aikido.
C’est l’ordre que vous donne l’aikido et il faut que vous en veniez à vous le donner à vous-même.

O sensei Morihei Ueshiba (fondateur de l'Aïkido)

Stages aïkido au dojo de Bourg en Bresse 01
Ambiance de stage dans notre région

Les stages aïkido Lyon Bourg France notre participation à Bourg-en-Bresse 01

Certains ont quelques jours d'aïkido et sont déjà en stage, enthousiastes et désireux d'apprendre et de brûler les étapes. D'autres sont au "fitness" et se contente d'aller régulièrement au cours, ce qui est dommage car l'ambiance des stages est particulière, lorsqu'on débute en un week-end on progresse l'équivalent de deux mois au dojo.

L'ambiance aussi est différente entre les pratiquants, ceux qui vont régulièrement stages se connaissent évidemment mieux, partage de nombreuses choses, c'est le moyen de s'intégrer le plus rapidement possible.

Mais aucune obligation chacun fait ce qu'il peut, évidemment on retire des satisfactions en fonction de son investissement. Il ne faut donc pas s'étonner, lorsqu'on s'investit peut de progresser moins vite que les amis qui ont commencé en même temps et qui s'investissent beaucoup plus. C'est parfois une question que nous avons, pourquoi lui progresse-t-il plus vite que moi, est-il plus doué, est-ce une question d'âge ?

Notre stage annuel Cliquez ici ... » Le programme annuel ... »

7- Pratiquer l'aïkido en dehors du dojo ... »

Dans la pratique, aussi longtemps qu’il y aura 2 mouvements dans son esprit, l'aïkidoka sera dans la situation d’apprentissage.
Le jour où il sentira et comprendra qu’omote et ura ne font qu’un, il aura réalisé un des objectifs de l’aïkido ; l’unité.

Tamura sensei

Contacts aïkido au dojo de Bourg en Bresse 01
On a le contact facile...

Contacts avec les autres dojo aïkido de notre région ain 01, rhône 69

Même éloigné du dojo, vous pouvez travailler avec la même cohérence et le même enseignement, voir la liste des dojo.

Le portail de L'ain Aïkido-01.com ... » Les dojos de nos uchi deshi ... » Le portail du rhône Aïkido-69.eu ... »

8- Vidéos Livres aïkido... »

Aiki n’est pas l’art de la bataille avec l’ennemi ; ce n’est pas une technique de destruction de l’adversaire, c’est la voie de l’harmonisation du monde qui fait de l’humanité une seule maison.

O sensei Morihei Ueshiba (fondateur de l'Aïkido)

Vidéos Livres aïkido que conseil notre dojo Bressan à Bourg-en-Bresse 01

Vidéos aïkido Bourg en Bresse 01

Notre chaîne YouTube : Cliquez ici ... »