Aïkido Bressan la notion : Sempai - Kōhai

Quand on troc le "do" contre le culte du champion...

Donnons la parole à un judoka d'il y a 1/2 sciècle on mesurera la destruction faite par le sport et les fédérations sportives.

Le but d'une fédérations sportives : "avoir un maximum de champions". mission accomplie. Le prix à payer le "Do" l'objectif de la pratique, on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre...

Sempai Kohai dojo Bourg en Bresse 01
Sempai / Kohai »

«... C’est au cours de cette période ( XVIIème siècle japonais ) que Yamaga Soko formula le Bushido ou « voie du guerrier ».

Parler de code à son sujet serait impropre. Précepte conviendrait mieux. Un code implique des règles figées, alors que le do, la « voie » est une éthique vivante, une école permanente de comportement.

Comment un code moral issu de la pratique d’un art martial est-il devenu un objectif et même une finalité qui s’apprend justement par la pratique d’un art martial ? Ainsi formulée la question porte en elle-même la réponse.

JL Jazarin. une référence pour les judokas

l'exact contraire du judo moderne.
Evolution classique d'une discipline.
Le règne de l'entropie la quantité au détriment de la qualité


"Stupeur et tremblements"

Amélie Nothomb dans son film "Stupeur et tremblements" nous donne une image peu engageante de la relation Sempai - Kōhai dans l'industrie. N'oublions pas qu'un film est une œuvre de fiction...

Le cliché habituel du Japonais hyper discipliné et soumis brimé et servant de souffre douleur à ses sempais en permanence. Membre d'une société qui ignore l'individu et qui met la collectivité avant.

Il y a bien sur comme ailleurs des abus de cette relation il y a toujours des malades mentaux qui cherchent à abuser d'un situation les arts martiaux les attirent comme tout instrument de pouvoir sur autrui.

Les Japonais sont au moins autant individualistes que les occidentaux. La hiérarchie à la japonaise n'a rien à voir avec ce que nous connaissons en Europe ou a l'idée qu'un européen peu s'en faire.

Elle a de nombreux points communs avec la transmission des métiers en Europe il y a quelques siècles Cette relation est le socle des relations en entreprise, université, arts martiaux etc.

Ce n'est pas une question d'âge

ni de statut ou de réussite sociale ou professionnelle, Uniquement : "le senpai à suivi un chemin identique au kōhai et surtout il l'a fait avant lui. donc pas une relation de supériorité et d'infériorité ce n'est souvent que la conséquence si le senpaï à bien fait son job il est naturellement hiérarchiquement supérieur.

Mais certains sur les tapis font en 3 ans ce que d'autres en 30 ans n'ont jamais fait car ils se sont contenter d'être des consommateurs sans jamais s'impliquer. De jeunes patrons ou cadres sont hiérarchiquement supérieur à de vieux employés qui se sont contenté de pointer... Il faut donc savoir où est sa place

le senpai peu être plus jeune que le kohaï puisque l'on ne considère que la date d'arrivée dans l'entreprise, l'école

  • le Kanji "sen"de sempaï ou senpaï = "avant"
  • le kō de kōhai = "après"
  • antériorité et la postériorité de l'un par rapport à l'autre

Le senpai (senpaï) est "avant, l'ancien, l'ainé" et son contraire kōhai par "le plus jeune, le cadet"

Cela n'existe que dans l'aïkido traditionnel

« Imposer sa volonté à autrui est une démonstration de force ordinaire, se l’imposer à soi, un témoignage de puissance véritable. »

Lao-Tseu .

Contrairement à un occidental qui abuserait de la situation et qui ferait "péter son grade" comme disent les militaires. Le respect est dans les 2 sens c'est pourquoi cette notion antique n'est jamais remise en question même de nos jours et qu'elle marche si bien.

Le kōhai essai écoute et essai de suivre les conseils de son sempaï et le sempaï respecte son kohaï en n'abusant pas de cette situation et en lui transmettant son savoir et expérience.

C'est le sempaï transmet l'enseignement du professeur lui qui prend en charge l'éducation des plus jeunes et l'essentiel de l'instruction ce n'est pas le professeur... Transmettre ce que l'on sait c'est aussi le meilleur moyen de le mémoriser.

Le professeur n'intervient que très rarement au début quand le dojo démarre puis de moins en moins. Il facilite ainsi l'autonomie et l'apprentissage de ses élèves. Si le dojo fonctionne correctement c'est qu'il a bien formé les sempai et que ceux ci font leur job avec compétence.

Quand les sempais ne font pas leur travail correctement. Que son enseignement est en danger et n'est plus respecté Comme des parents hyper protecteur freinent le développement de leurs enfants..

C'est parce qu'un pratiquant doit beaucoup à ses sempais qu'ils les respectent ils ont fait de lui ce qu'il est... Comme d'autres on fait la démonstration de leur incompétences

Si le judo a dégénéré, ce n’est pas à cause de la technique, mais parce que les principes ne sont plus respectés.

Levannier. (judoka auteur de livres)... » »

Le monde jeunesse et sports est à l'opposé de ce fonctionnement. L'élève ne sait plus qui est son professeur il est formé par des tas de techniciens fédéraux différents à une pensée unique "le dernier compromis fédéral" la hiérarchie fédérale est élue par les incompétents et décide du fonctionnement de l'aïkido

Un tel système ne peut que détruire l'aïkido et ce qu'on constate... Ce n'est pas que ces gens soient mal intentionné ils ont certainement le désir de bien faire...

Ce n'est pas une question de discipline judo karaté et maintenant l'aïkido pour les mêmes ont détruit leur discipline.

C'est tout simplement parce qu'ils fonctionnent à l'envers. Faire des champions n'a rien à voir avec la recherche du "do" c'est incompatible.


Logo dojo aïkido de Bourg en Bresse 01