Aïkido Bressan notre dojo Bourg en Bresse (Ain) 01

3 espaces sur le site "Aïkido Bressan" le dojo de Bourg-en-Bresse 01

Nous avons essayé de cibler les centres d'intérêts selon votre situation.
Afin de trouver rapidement ce que vous cherchez, notre site vous propose ces 3 espaces.

Sinon comptez sur Charles En cas d'erreur ... »


Aïkido Bressan : 1er contact

Vous êtes actuellement ici.

Aïkido Bressan : débutants

Faciliter les premiers cours

Cliquez ici.. ... »

Aïkido Bressan : sempaï

Accès au site principal.

Cliquez ici.. ... »

Le véritable budo n'a pas d'adversaire, car c'est la recherche de la synchronisation avec l'univers.

O sensei Morihei Ueshiba (fondateur de l'Aïkido)

L'aïkido Bressan ? Pourquoi choisir ce dojo ?

Pourquoi choisir notre dojo d'Aïkido traditionnel de Bourg en Bresse 01 ?

Notre dojo aïkido est à 2 endroits : Cosec Voisin et Sardières à Bourg-en-Bresse 01

Nos deux dojo sont proches de la piscine.
Ils bénéficient d'un grand parking où il y a toujours de la place disponible.

De magnifiques installations de la ville de Bourg-en-Bresse sont à notre disposition, à la fois "en ville et à la campagne".

 


Pourquoi choisir l'aïkido traditionnel ?

Voir l'aïkido en image Cliquez ici ... »

Dans le monde martial il n'existe rien de semblable à l'aïkido. Un art original à tous les niveaux.
Le seul qui soit cohérent de sa philosophie à la pratique.

L'Aïkido est un art martial, une philosophie, un art de vivre

L'aïkido est original et unique, son fondateur intégra ses recherches mystiques à sa pratique des techniques de combat.
Les mouvements en spirales qui n'existent qu'en aïkido on cette origine par exemple.
Il résume ainsi sa démarche en disant :
« tous les arts martiaux détruisent les gens, moi je veux faire un art martial qui les construise les rende encore plus fort… »

Pour nous le respect de l'œuvre du fondateur de l'Aïkido est primordial,
c'est un art (martial) à l'opposé d'un sport (martial).

Respecter l'œuvre du fondateur de l'aïkido Morihei Ueshiba c'est étudier l'aïkido traditionnel.

Philosophie, l'énergie, yin/yang première approche (rien d'occidental ni de sportif) ... Cliquez ici ... »

 


L'objectif de l'aïkido est le "do" c'est le développement de soi-même,

Attention de ne pas confondre "sports" et "arts" (martiaux).
Deux mondes différents et diamétralement opposés.

Une confusion très fréquente dans les "arts martiaux" ou très fréquemment on qualifie d'arts martiaux des disciplines sportives martiales qui organisent des compétitions et des championnats.

L'objectif d'un sport est de savoir "qui est le plus fort"

qui est le champion. Pour cela on organise des compétitions. Lorsqu'on veut faire du sport on choisit sa fédération sportive. On apprend la performance sportive à réaliser en cinq minutes. Le sport lui-même ne nous apprend pas grand-chose, même le public connaît, on cherche juste à comparer des sportifs. Celui-ci est normalisé afin que tout le monde soit dans les mêmes conditions. Ce qui induit automatiquement la triche : « dopage, corruption etc. ».

Dans la pratique d'un art il n'y a pas de champion, il n’y a que des "maitres" de cet art.

Une vie ne suffira pas à étudier maîtriser cet art, donc aucune raison de se glorifier ou de créer un "culte du champion".
Lorsqu'on veut pratiquer un art on choisit son "maître", l'artiste qui vous fera découvrir les subtilités de ce domaine. C'est pourquoi les japonais disent : « un maître, un dojo ».

Les champions sportifs martiaux ont leurs posters dans les clubs sportifs d'arts martiaux. Dans un dojo (le lieu où l'on étudie la voie martiale), l'inverse d'un club sportif, on ne trouve que les photos des grands maîtres, morts, exposées au mur d'honneur. Même un grand maître sur la voie « do » a encore tellement de chemin à parcourir, qu'il reste modeste, humble et ne se met jamais en avant. À côté du simple débutant, le maître regarde le chemin qui reste à parcourir, il a simplement un peu plus d'avance que le débutant…

Dans la pratique d'un art il n'y a pas de champion seulement des artistes ou des maîtres que l'on apprécie ou pas.
Certains préfèrent Beethoven, d'autres Doc Gynéco…

Une évidence, difficile de faire des compétitions de développement de soi-même, donc d'avoir un fonctionnement sportif ou un cadre sportif cela n'aurait pas de sens. De même être ceinture noir de développement de soi-même et du plus haut comique quand ce n'est pas de la stupidité avérée. Il ne faut donc pas confondre l'aïkido, un art avec les sports martiaux qui eux ont des champions, fondés sur la compétition, ont donc avec un système de grade et de comparaison afin de savoir qui est le champion, le plus fort, le plus beau, etc., objectif du sport. La confusion est fréquente, l'aïkido fréquente des salles sportives, Cosec Voisin Sardières, c'est là qu'on trouve des tatamis. Ces salles sont fréquentées par des sports martiaux où l'agressivité est un moteur pour gagner et devenir champion. Confusion aussi car des arts martiaux ont dérivé pour devenir des sports martiaux : « judo, karaté, etc. ». L'évolution ou plutôt l'involution quand une discipline devient exactement son contraire.

En Aïkido, il n’y a absolument pas d’attaque. Attaquer signifie que l’esprit a déjà perdu.
Nous adhérons au principe de non résistance absolu, c’est à dire, nous ne nous opposons pas à l’attaquant. Alors, il n’y a pas d’adversaire en Aïkido.

O sensei Morihei Ueshiba (fondateur de l'Aïkido)

L'aïkido est un art, il se pratique donc sous la direction d'un maître !

Lorsque le fondateur nous dit ci-dessus :
« il n'y a pas d'adversaire en aïkido », on comprend tout de suite que l'aïkido n'a rien à voir avec le monde sportif. Ou alors ce n'est pas d'aïkido.

Un gastronome nous vantera les qualités gustatives d'un boudin, il existe néanmoins "le champion des mangeurs de boudin…". Quel intérêt et connaissances du boudin ont-ils ? Juste la longueur qu’ils sont capables d'avaler dans le temps imparti.
La différence entre un art "la cuisine" et le sport la performance pour savoir qui est le plus fort !
La différence entre "art martial" et "sport martial". Une confusion fréquente...

Tous les arts possèdent leur maître, ceux-ci ont une version de leur art toute personnelle. Prenez par exemple la cuisine, un art comme l'aïkido qui va s'interpréter différemment selon les artistes. C'est pourquoi on choisit son dojo : « le lieu où on étudie la voie » le do de l'aïkido. La seule personne dans un dojo qui connaît cette voie est le maître du dojo. Prenons un exemple vous allez à Vonnas chez "Blanc"

Ce grand maître de la cuisine, vous allez dans son restaurant (dojo), tous ses élèves (uchi deshis) suivent l'enseignement du maître et non pas leurs délires personnels que le maître soit là ou pas. Le client est satisfait ou pas, il revient ou pas c'est son choix, nous sommes en démocratie, notre liberté finit où commence celle des autres. C'est vraiment très simple à comprendre même pour un non pratiquant.

L'archer est un modèle pour le sage. Quand il a manqué le milieu de la cible, il en cherche la cause en lui-même.

...

Alain Peyrache Shihan est le maître du dojo aïkido de Bourg-en-Bresse 01

Alain Peyrache un maitre à l'origine de l'aïkido à Bourg-en-Bresse

L'aïkido débute vraiment dans le département de l’Ain avec le docteur Ballerin de Saint-Paul de Varax, vous trouverez toute l'histoire sur ce site.
Ce dévoué docteur fera appel rapidement à Alain Peyrache pour sa formation. Celui-ci enseigne à Villefranche-sur-Saône à cette époque. Malgré l'âge qui les sépare le docteur a la soixantaine, Alain Peyrache est un jeune d'une vingtaine d'années ; ils participeront ensemble à des réunions au niveau national et régional pour le développement de l'aïkido.
Le docteur Ballerin un jouera un grand rôle dans le développement de l'aïkido dans la région lyonnaise.

Beaucoup de gens de cette époque s'en rappellent, voir revenir Alain Peyrache enseigner l'aïkido à Bourg il y a quelques années a donc été l'occasion de retrouvailles.


En savoir plus.. ... »